Technique photo | faire la MAP avec le pouce


Dissocier la MAP (Mise Au Point) du Déclencheur – MAP avec le pouce

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! article en cours de redaction, il manque les images d’illustrations, mais je n’ai pas oublié les fautes de français et d’orthographes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ce document a pour but de présenter l’intérêt que j’ai à utiliser ce réglage sur mon appareil photo.

La majorité des appareils photos réflexes permettent de paramétrer les
boutons afin de mettre la MAP (Mise Au Point) sur un bouton se situant
derrière le boitier à droite du viseur, bouton accessible avec le
pouce. Il s’agit soit d’un bouton spécifique AF, soit du bouton qui
sert à l’origine à la mémorisation d’exposition (touche étoile).
Personnellement je m’arrange pour que ce soit la touche étoile car
celle-ci est également présente sur mon grip, ce qui n’est pas le cas
de la touche AF.
Réglage du boitier sur Canon eos 40D (sensiblement la même dénomination sur les autres boitiers Canon) :

C.FnIV : Opérations / Autres
=> fct 1 : Déclencheur / Touche AF => mode 2 : Lct. mesure / Lct. mesure + AF
=> fct 2 : Commutation touche AF / mémo => mode 1 : activée
(tant
qu’à être dans les paramètres, un autre réglage intéressant est la
possibilité de choisir directement le collimateur avec le
mutlicontrôleur, plus rapide que la combinaison bouton+molette :
C.FnIII : Autofocus / Cadence => fct 3 : Méthode sélect. collim. AF
=> mode 1 : Multicontrôleur direct)

bouton dont je parle en image :
(ajouter une image avec légende)
terme employé :
MAP = Mise au point
Tableau de dénomination des modes Autofocus :
Canon Nikon Pentax Sony Description (source canon.fr)
One-Shot AF ponctuel (S) Single Prise de vue unique autofocus vue par vue.
Servo AI AF continu (C) Continu Continu suivi automatique d’un sujet s’approchant ou s’éloignant de l’appareil.
AI focus Activation automatique du suivi de mise au point prédictif en fonction du mouvement du sujet Automatique assure le passage automatiquement du mode One-Shot au mode Servo AI, et inversement, en fonction de la mobilité ou non du sujet.


Je dissocie la MAP du déclencheur pour différentes raisons :
– plus besoin de se demander en quel mode autofocus je dois être :
constat de base : je considère le mode AI focus comme non-fiable pour mon utilisation.
Avec la dissociation on reste en permanence en mode Servo AI, on décide
d’être en utilisation one-shot ou Servo AI en fonction de si l’on garde
le pouce appuyé ou non.
  • utilisation one-shot | sujet immobile (toujours avec mode Servo AI selectionné sur l’appareil) :
choisir un collimateur, faire la MAP sur le sujet en appuyant avec le pouce, relâcher le pouce une fois la MAP effectuée et recomposer l’image comme souhaitée.
  • utilisation Servo AI | sujet mobile (toujours avec mode Servo AI selectionné sur l’appareil) :
choisir un collimateur, prendre celui qui est le plus adapté a la composition
que je désire réaliser. En effet, je peux difficilement recadrer un
sujet en mouvement. (remarque : si aucun collimateur ne convient a la
composition désirée, et que l’on n’aime pas recadrer sur informatique
en post-traitement, la possibilité restante est de tout faire en MAP
manuel, comme expliqué en fin d’article)
Pour faire la MAP je vise et je suis avec mon collimateur sélectionné mon
sujet pendant tout le temps de déplacement du sujet tout en gardant le pouce appuyé sur le bouton.
Du coup on choisi sans modifier aucun réglage de l’appareil (donc sans
perte de temps et sans quitter l’oeil du viseur ou quitter des doigts
les boutons de MAP et de déclenchement) de faire une photo d’un sujet
statique ou mobile, et surtout passer de l’un à l’autre sans
souci.
exemple en images :
(ajouter des images)
– recomposer une image sans être obligé de tenir le declencheur a mi-course :
Avec la MAP sur la mi-course du bouton du déclencheur, une fois que l’on a
fait la MAP sur son sujet on est obligé de maintenir le bouton à
mi-course lors de la composition puis de déclencher dans la foulée. On
ne peut pas relâcher le bouton du déclencheur afin de changer les
réglages a l’aide de la molette sans devoir par la suite refaire la
netteté sur le sujet. On est donc obligé de refaire la MAP et de
recomposer à chaque réglage.
En utilisant la MAP au pouce, on fait la netteté sur le sujet, et si ni le
sujet ni le photographe ne changent de position on peut modifier les
réglages en accédant aux autres boutons et molettes sans maintenir la
mi-course sur le déclencheur, lorsque l’on appuiera sur celui-ci pour
prendre la photo la MAP ne sera pas modifiée.
exemple en images :
(ajouter des images)
– sortir du mode veille sans avoir besoin de changer le cadrage pour refaire la mise au point :
C’est un peu le même cas que précédemment, lorsque l’on fait une photo d’un
sujet dont on attend un comportement particulier, on a le boitier bien
réglé (expo, MAP, cadrage) mais il faut attendre. Au bout de quelques
secondes le boitier se met en veille (l’affichage dans le viseur
s’éteint, la stabilisation s’arrête). Cela permet d’économiser la
batterie. Si l’on n’a pas dissocié la MAP du déclencheur, au moment de
sortir de la veille en appuyant sur le déclencheur, le boitier va
refaire la MAP sur le mauvais endroit (à moins que la composition
souhaité fasse que le sujet soit sur un collimateur, ce qui est rare
dans mon cas vu la disposition des collimateurs chez Canon). Avec la
Map au pouce, lorsque l’on appuie sur le déclencheur on ne modifie
aucun réglage, d’où une réactivité optimisée.
exemple en images :
(ajouter des images)
– passer en MAP manuelle sans modifier aucun réglages :
(remarque : cela est utile si l’on utilise des optiques à moteur USM qui
permettent de bouger manuellement la bague de mise au point même en
mode autofocus. Avec une optique non-USM il faut bouger le bouton sur
l’objectif pour le passer du mode autofocus au mode manuelle, et dans
ce cas de figure l’autofocus étant désactivé il n’y a pas d’intérêt à
ne plus avoir la MAP sur le déclencheur)
Dans certains cas où l’autofocus mouline a faire la MAP, ou bien que l’on ne
possède pas de collimateurs bien placés pour composer son image,
généralement sur des photos d’actions où le sujet se déplace, il est
intéressant de faire la netteté en manuel. Si l’on n’a pas dissocié la
MAP du bouton du déclencheur il va y avoir un problème entre
l’autofocus qui va chercher à faire a la MAP et la MAP manuel du
photographe modifié par la bague de mise au point. Avec la MAP au pouce
on peut appuyer sur le déclencheur et shooter en faisant la netteté en
manuelle sans se soucier de l’autofocus.
Sur une optique USM on peut bien entendu couper l’autofocus, ce qui nous
ramène dans le cas d’une optique non-USM, mais cela a nécessité une
manipulation supplémentaire par rapport à la dissociation.
exemple en images :
(ajouter des images)
– Remarque sur la fonction mémorisation d’exposition :
Il est possible de faire en sorte que la mi-course du déclencheur servent
à la mémorisation d’exposition, du coup on se retrouve dans le cas
d’une utilisation sans dissociation avec le besoin de garder le bouton
appuyé à mi-course une fois la mesure d’exposition effectuée. Cependant
la fonction de mesure pondérée centrale nécessite moins de précision
qu’une mesure de MAP, c’est à dire que même si l’on ne fait pas la
mesure d’exposition pile au bon endroit, la photo ne sera pas forcément
ratée, contrairement à une photo ou la MAP ne serait pas au bon
endroit. Il ne faut surtout pas laisser la mémorisation d’exposition
sur la mi-course lors d’une longue rafale ou les conditions de lumière
vont beaucoup varier, car la série d’image va conserver l’exposition de
la première image de la série pour toutes les suivantes.
Sur certains boitiers la MAP au pouce utilise le bouton de mémorisation
d’exposition (par exemple eos 350D), si l’on veut utiliser la
mémorisation d’exposition on est obligé de la mettre sur le mi-course
du bouton du déclencheur, dans ce cas il faut bien penser à mesurer
l’exposition où on le désire puis recomposer avant de déclencher.
exemple en images :
(ajouter des images)
Possibilités alternatives :
– tout faire en MAP manuelle :
Dans ce cas il vaut mieux avoir un très bon viseur. Pour améliorer la chose
il est possible de s’équiper d’un stignomètre, option uniquement vendue
par canon sur la série des 1D (les autres marques je ne connais pas).
Cependant des marques génériques (katz eye, haoda, ….) le font pour
les autres modèles de la gamme (dont le verre de visée est modifiable,
sinon c’est impossible). Le dépoli des stignomètre est un peu plus
important, il faut un viseur et des optiques lumineuses sinon on risque
de moins bien voir (ça doit être limite avec un 18-200 à 200mm -f/5.6-
ou un 500/4 avec doubleur -f/8-). Je ferai certainement
l’investissement sur mon prochain boitier.
– Verrouillage de la MAP :
le bouton du pouce peut également servir pour verrouiller la MAP
(contrairement à tout ce qui est décris plus haut, le bouton du pouce
ne sert plus à faire la MAP, mais à bloquer la MAP qui est faite par la
mi-course du déclencheur). On peut donc obtenir le même résultat en ce
qui concerne la recomposition d’une image tout en étant en mode Servo
AI (on réalise la MAP sur le sujet, on mémorise la MAP et on recadre
tout en gardant le pouce appuyé sur le bouton). Cela permet de faire
une photo comme en mode one-shot tout en étant en mode Servo AI. Le
désavantage est que l’on est obligé de garder le pouce appuyé pour
toutes les photos One Shot, ce qui dans mon cas est le plus fréquent.
Je préfère devoir garder le pouce appuyé uniquement pour les sujets
mobiles, ce qui de plus me permet de garder le pouce libre pour les
réglages à effectuer en photos One Shot. De plus avec le verrouillage
de la MAP, lorsque l’appareil sort de sa veille la mémorisation est à
refaire, ce qui n’est pas le cas avec la MAP au pouce.

Personnellement je ne vois pas d’intérêt à cette technique.

Photo, Technique, , Permalink

Comments are closed.